Source: Flickr

Le grand Charles Aznavour nous a quitté le 01 Octobre 2018 à Mouriès à l’âge de 94 ans. Il s’était fait la promesse de vivre un siècle mais le Dieu Thanatos a malheureusement devancé cette date butoir.

Pour ce jeune Arménien exilé qui ne s’aimait pas, qui se trouvait peu séduisant et trop maigre, tout a basculé en 1946 avec sa rencontre avec une certaine Edith Piaf. Avec sa gouaille costumière, elle l’avait surnommé « Le Génie Con » car elle avait décelé l’immense talent qui allait plus tard le propulser en haut de l’affiche. Il l’accompagnera au piano pendant près de huit ans.

Sa carrière de chanteur international ne se fait pas attendre. Aux Etats-Unis, des artistes plus prestigieux les uns que les autres tels que Franck Sinatra, Ray Charles et Liza Minelli lui font honneur en reprenant ses compositions.

Parallèlement, il est sollicité comme acteur. Souvenez-vous de ses films les plus célèbres :

-          Les disparus de Saint-Agil de Christian Jaque

-          Tirez sur le pianiste de François Truffaut

-          Un taxi pour Tobrouk

-          Paris au mois d’août de Pierre Granier Deferre

-          Dix petits nègres de Peter Collinson

Charles Aznavour a été présent tout au long de ma vie. Il était un peu comme un ami qui se serait confortablement installé dans mon quotidien. J’ai pleuré en écoutant « La Mama ». J’ai rêvé d’un monde meilleur sur les paroles d’» Emmenez-moi ». J’ai été touchée par le message désespéré de « Comme ils disent ».  Et j’ai enfin appris l’Anglais grâce à ses leçons de la langue de Shakespeare dans son incontournable « For me Formidable ».

Jongler avec les mots, leur donner une puissance unique, tel était son talent. Inégalable dans les métaphores, il a su toucher chacun de nous.

Les paroles de ses plus grands succès resteront à jamais gravées dans notre cœur.

Je vous parle d'un temps
Que les moins de vingt ans
Ne peuvent pas connaître
Montmartre en ce temps-là
Accrochait ses lilas
Jusque sous nos fenêtres…

Ce petit homme d’Arménie est devenu un des plus grand artiste Français de notre siècle.

Il a rejoint son fils Patrick dans un dernier élan d’amour donnant ainsi toute sa noblesse à cette magnifique chanson « Mourir d’aimer ».

Merci Monsieur Charles pour votre humanité, votre talent, votre grandeur.

Nous continuerons à danser en votre honneur « joue contre joue ».